production scientifique en chiffres

 

Thèse de Doctorat (1995) et Habilitation à Diriger des Recherches (2004)

3 Editions d’ouvrages

5 Editions de numéros spéciaux de revues

53 Articles de recherche (29 Articles dans des revues à comité de lecture + 24 Contributions à ouvrages)

70 Communications, dont une quinzaine invitées

Création et coordination de l’Ecole Thématique InSHS CNRS n°1320152 (Nice, 8-14 Juillet 2012 ; Nice, 7-13 Juillet 2013 ; Nice, 6-12 Juillet 2014)

Création et coordination de la série de conférences internationales ‘The Governance of a Complex World’ (Nice, 1-3 Novembre 2012 ; Rotterdam, 24-26 Octobre, 2013 ; Turin, Octobre 2014)

Fondation de EurKInd (European Network on Knowledge, Innovation, Development)

Organisation d’une dizaine de conférences

Coordination et participation à une quinzaine de contrats de recherche financés par EU FP5, EU FP6, EU FP7, ANR, Conseil Régional, BQR, PAI, NoE

Une dizaine de séjours de longue durée à l’étranger

Encadrement de 4 post docs, 4 thèses, une vingtaine de mémoires

Coordination d’une équipe d’une dizaine de chercheurs (permanents et non permanents) au CNRS-GREDEG

Coordination de réseaux internationaux de recherche (6 laboratoires en Europe et 3 laboratoires aux Etats-Unis) sur les projets “Policy Incentives for the Creation of Knowledge : Methods and Evidence” (EU FP7), “Knowledge Intensive Sectors : Models and Evidence” (ANR, Conseil Régional, BQR) et “Observatoire du Gouvernement d’entreprise” (Conseil Régional)

Coordination et responsabilité décisionnelle au sein des associations et réseaux académiques européens European Association for an Evolutionary Political Economy (EAEPE, 400 membres), European Network on the Economics of the Firm (ENEF, 100 membres), et Dynamics of Institutions and Markets in Europe (DIME, 500 membres)

 

 

RESULTATS scientifiques MARQUANTS

 

Des liens entre dynamique industrielle, dynamique des connaissances et dynamique financière peuvent être établis théoriquement et testés empiriquement. Sur cette thématique, les résultats obtenus sont les suivants :

1.     La dynamique industrielle des secteurs intensifs en connaissances (Knowledge Intensive Sectors, ou KISs) dépend étroitement de la dynamique de création et de diffusion des connaissances qui existe dans ces secteurs. Cette dynamique des connaissances est spécifique aux KISs, et se distingue de celle qui existe dans des industries plus traditionnelles. Elle implique des formes d’organisation industrielle propres aux KISs que l’on retrouve peu dans les secteurs plus traditionnels :

-       Une évolution de type « non shakeout » prédomine dans les industries innovatrices, c’est à dire sans sortie massive (shakeout) des firmes en phase de maturité ;

-       La construction et l’utilisation d’indicateurs de mesure des formes de création de connaissances (création de connaissances radicalement nouvelles versus recombinaison de connaissances existantes) indiquent que ces formes de création de connaissances impactent différemment les profils d’évolution industrielle.

2.     Les réseaux d’innovation sont bien plus présents dans les KISs que dans les secteurs traditionnels. Ils regroupent des firmes de grande taille diversifiées, des firmes de petite taille spécialisées, mais aussi des organismes de recherche publics ou privés. Ils sont au cœur de la création des connaissances et façonnent largement la dynamique industrielle de ces secteurs.

3.     Au cours des années 2000, le gouvernement d’entreprise par la maximisation de la valeur actionnariale est bien devenu le modèle dominant pour les firmes de la zone US-Europe-Asie.

4.     Le gouvernement d’entreprise observé de manière prédominante dans les KISs est le même que dans les industries traditionnelles. Les KISs, tout comme les industries traditionnelles, ont adopté au cours des dernières années le gouvernement d’entreprise orienté vers la maximisation de la valeur actionnariale.

5.     Pour autant, ce modèle n’est pas toujours performant, car il a tendance à renforcer et à accélérer les phénomènes croissance mais aussi de déclin des industries, notamment dans le cas des industries innovatrices.

-       Nos études de cas montrent que l'application pratique de la shareholder value dans l'industrie des télécommunications a conduit le système à des problèmes de coordination majeurs et à des turbulences qui ont abouti au crack financier de 2000.

-       Nos études économétriques montrent que ce mode de gouvernement d’entreprise a tendance à accroître la volatilité des performances observées de manière plus importante dans les KISs que dans les secteurs traditionnels. Cette volatilité implique des phénomènes d’amplification des phases de croissance mais aussi de déclin de ces secteurs.

6.     Ces résultats nous conduisent à proposer de nouveaux principes analytiques (modélisés en termes de jeux évolutionnistes, ou inspirés des analyses sur la cohérence de la firme) pour traiter de la gouvernance des firmes innovatrices et de gestion de la connaissance, centrés sur les capacités entrepreneuriales du management et son rôle dans l'innovation et la dynamique de l'industrie.

 

 

Collaborations nationales et internationales 

 

2006-aujourd’hui: Dans le cadre des projets “Policy Incentives for the Creation of Knowledge : Methods and Evidence” (EU FP7), “Knowledge Intensive Sectors : Models and Evidence” (ANR, Conseil Régional, BQR) et “Observatoire du Gouvernement d’entreprise” (Conseil Régional), collaborations avec Steven Klepper - Carnegie Mellon ; David Audretsch – University of Indiana ; Ciaran Driver – SOAS University of London ; Cristiano Antonelli - Université de Turin ; Andreas Pyka - Université de Stuttgart ; Martin Fransman - Université d’Edinbourg ; William Lazonick - UMaas Lowell and Insead ; Mary O’ Sullivan - Wharton School and Insead ; Michael Dietrich - Université de Sheffield ; Simona Iammarino – London School of Economics ; Ron Boschma - University of Utrecht ; Michel Aglietta -Université de Paris 10, CEPII ; Jean-Luc Gaffard - OFCE-DRIC.

 

CONTRATS DE RECHERCHE

 

2012-2015: Contrat de recherche: “Towards a new Growth Path: Welfare, Wealth and Work for Europe (WWWforEurope)”, Programme EUFP7 (SSH.2011.1.2-1. Europe moving towards a new path of economic growth and social development).

Montant: 7 999 858 euros sur 4 ans, dont 130 960 euros pour le GREDEG.

        Rôle: Co-leader Area 3-Task 304.1, Leader Area 3-Task 304.2, Leader Area 3-Milestone 58 ‘Research paper on knowledge base and firms’ performance in the domain of social and environmental sectors’.

            Partenaires: Karl Aiginger - WIFO (coordinateur du projet) ; David Bailey –COVUNI (coordinateur Area 3) ; Georg Licht – ZEW (ccordinateur WP 303 and 304) ; et une trentaine de laboratoires de recherche européens.

2011-2014: Contrat de recherche: “Policy Incentives for the Creation of Knowledge: Methods and Evidence (PICK-ME)”, Programme EUFP7 (SSH.2010.1.1-1. Demand-driven research and innovation policies for growth, welfare and wellbeing).

Montant: 1 838 821 euros sur 4 ans, dont 199 500 euros pour le GREDEG.

        Rôle: Leader WP 3, Leader Deliverable 3.1. ‘Report on the integrated analytical framework presenting an analytical theoretical background grafting the tools and concepts of complex system dynamics in the analysis of the relationship between demand side policies and the generation and exploitation of technological change’, Leader WP4-Task 4.2., Leader WP5-Tasks 5.1. and 5.2.; Leader WP7-Task 7.5.; Leader WP8-Task 8.1.; Leader WP9.

            Partenaires: Cristiano Antonelli – Collegio Carlo Alberto Turin (coordinateur du projet) ; Andreas Pyka - University of Hohenheim ; Simona Iammarino – London School of Economics ; Ron Boschma - University of Utrecht; Davide Consoli – INGENIO CSIC Valencia; Amnon Frenkel - Samuel Neumann Institute Tel Aviv; Itzhak Goldberg – CASE Warsaw.

2009-2012: Contrat de recherche: "Observatoire du Gouvernement d’Entreprise", Région PACA (Volet Général).

Montant: 50 000 euros sur 3 ans.

Rôle: Coordinateur du projet.

Partenaires: Ciaran Driver – SOAS University of London ; William Lazonick - UMaas Lowell and Insead ; Michael Dietrich - Université de Sheffield ; Michel Aglietta (Université de Paris 10, CEPII) ; Jean-Luc Gaffard - OFCE-DRIC.

2009-2010: Contrat de recherche: "Knowledge Intensive SectorsModels and Evidence", BQR Université de Nice Sophia Antipolis.

Montant: 35 000 euros sur 1 an.

Rôle : Coordinateur du projet.

Partenaires: David Audretsch – University of Indiana; Cristiano Antonelli - Université de Turin.

2008-2011: Contrat de recherche: "Knowledge Intensive SectorsModels and Evidence", Région PACA (Programme Volet Général).

Montant: 94  000 euros sur 3 ans.

Rôle : Coordinateur du projet.

Partenaires : David Audretsch – University of Indiana; Cristiano Antonelli - Université de Turin ; Andreas Pyka - Université de Stuttgart ; Jean-Luc Gaffard - OFCE-DRIC.

 2006-2009: Contrat de recherche: "Knowledge Intensive SectorsModels and Evidence", Agence Nationale de la Recherche (Programme Jeunes Chercheuses et Jeunes Chercheurs ANR JCJC06_141306).

Montant: 120 000 euros sur 3 ans.

Rôle : Coordinateur du projet.

            Partenaires: Steven Klepper - Carnegie Mellon ; David Audretsch – University of Indiana; Ciaran Driver – SOAS University of London ; Cristiano Antonelli - Université de Turin ; Andreas Pyka - Université de Stuttgart ; Martin Fransman - Université d’ Edinbourg ; William Lazonick - UMaas Lowell and Insead ; Mary O’ Sullivan - Wharton School and Insead ; Michael Dietrich - Université de Sheffield .

2006-2008: Contrat de Recherche: "Changement qualitatif et développement économique", EGIDE-Ministère des Affaires Etrangères (Programme d’Action Intégrée (PAI) franco-allemand Procope, contract number : 11465 TE)

Montant: 8 000 euros sur 2 ans.

Rôle: coordinateur du projet.

Partenaire : Andreas Pyka - Université de Brème. 

2001-2003: Contrat de Recherche: "Technological Knowledge and Localized Learning (TELL)", Commission Européenne (Improving the Human Research Potential and the Socio-Economic Base, 5th Framework, contract number: HPSE-CT2001-00051).

Montant: 1 200 000 euros sur 3 ans, dont 150 000 euros pour le GREDEG.

Rôle: Leader d’1 workpackage, participant à 2 autres workpackages.

Partenaires : Cristiano Antonelli - Université de Turin (coordinateur du projet) ; Martin Fransman - Université d’ Edinbourg ; Morris Teubal – Université de Jerusalem ;  Mario Vale – Université de Lisbonne.

2001-2003: Contrat de Recherche: "Cycle de Vie des Industries à Haute Intensité de Connaissances", EGIDE-Ministère des Affaires Etrangères (Programme d’Action Intégrée (PAI) franco-allemand Procope, contract number : 04656 RA).

Montant: 6 000 euros sur 2 ans.

Rôle: coordinateur du projet.

Partenaire : Andreas Pyka - Université d’Aubsbourg

1998-2001: Contrat de Recherche: "Corporate governance and economic performance (CGEP)", Commission Européenne (TSER, 4th Framework, contract number : SOE1-CT98-1114, 200 000 euros sur 3 ans).

        Montant: 1 000 000 d’euros sur 3 ans, dont 15 000 euros pour le GREDEG.

Rôle: Sous-contractant, participant à 1 workpackage.

Partenaires: William Lazonick - UMaas Lowell and Insead (coordinateur du projet) ; Martin Fransman - Université d’ Edinbourg ; Mary O’ Sullivan - Wharton School and Insead.

1999-2001: Contrat de Recherche: "Régimes de gouvernement d’entreprise : différences nationales et stratégies d’entreprises", Commissariat Général du Plan ("Gouvernement d’entreprise", projet n°16).

Montant: 20 000 euros sur 2 ans, dont 5000 euros pour le GREDEG.

        Rôle: Sous-contractant, participant.

            Partenaires : Michel Aglietta - Université de Paris 10, CEPII (coordinateur du projet), William Lazonick - UMaas Lowell and Insead ; Mary O’ Sullivan - Wharton School and Insead.

1999: Etude: "Innovation et concurrence: le cas des télécommunications en Europe", projet spécifique IDEFI.

Montant: 5 000 euros sur 1 an.

Rôle : Coordinateur du projet.

Partenaire : Martin Fransman - Université d’Edinbourg.

1996: Contrat de recherche: "Etude Economique sur le pôle chimie fine des Alpes Maritimes", Direction des Actions Economiques du Conseil Général des Alpes Maritimes.

Montant: 5 000 euros sur 1 an.

        Rôle: Coordinateur du projet.

1996: Etude: "Puissance d’Achat de la Grande Distribution", Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF), Ministère de l’Economie.

Montant: 5 000 euros sur 1 an.

Rôle: Sous-contractant, participant.

Partenaires : Michel Glais - Université de Rennes 2, Escae Bretagne (coordinateur du projet).

1995-1996: Contrat de Recherche: "Coordination des processus innovateurs et politique de la concurrence", Programme CNRS "Gestion de l’innovation, politiques publiques de la science et de la technologie et appropriation des savoirs".

Montant: 5 000 euros sur 2 ans.

Rôle: Coordinateur du projet.